Récolter plus dans un tunnel de jardin

Quelles Cultures Postérieures Sous Serre

Les cultures postérieures sous serre fournissent de grandes quantités de légumes sur un espace réduit. Lupins jaunes, phacélies, sarrasin et fèves vous aideront à organiser votre site à l’intérieur et à l’extérieur du tunnel pour des récoltes abondantes. Sur ce blog Krosagro, nous vous indiquerons pourquoi, comment et quelles plantes privilégier.

Ce moyen d’enrichir le sol est écologique et peu couteux comparé au renouvellement complet du substrat d’un site de jardinage. Sans compter les efforts à consentir pour de telles corvées, pendant les périodes les plus frénétiques de la saison de jardinage.

Pourquoi planter des cultures postérieures sous serre

La planification des pré cultures, des cultures principales et des cultures postérieures est une pratique courante en maraîchage. Il serait difficile de rassembler toutes les informations sur les concepts, les techniques et les spécificités de chaque méthode dans un seul article. Pour en savoir plus, nous vous encourageons à vous informer en ciblant plusieurs sources. Nous allons nous concentrer ici sur les pratiques générales, en guise d’introduction pour les jardiniers inexpérimentés.

En règle générale et en particulier pour les espèces thermophiles, les plantes peuvent être plantées à l’extérieur lorsque le gel ne présente plus de risque. Cependant, si vous voulez éviter les dommages causés par le froid et faire pousser au printemps, plantez vos semis et boutures dans un tunnel de jardinage. En tant que protection supplémentaire, les mini tunnels peuvent être combinés aux structures standards. Ils font office de châssis et de parterre de jardin.

Tirer partie de votre espace dans le tunnel

De nombreux systèmes et astuces sont disponibles dans des livres et sur le Web. Cependant, avant de les mettre en œuvre, il convient de vérifier leur efficacité. Demander également conseil à ceux qui ont un peu d’expérience. D’après ce que nous savons et basé sur des conversations avec des jardiniers:

oignons, fèves, carottes et persil peuvent avoisiner radis, laitue et aneth sans nuire à leur processus de croissance. Essentiellement avec la culture coordonnée, la proximité d’une plante a un effet positif sur les plantes environnantes. Il convient également de noter que cette combinaison peut être très esthétique. Dès que la première récolte est ramassée, la suivante peut être envisagée.

Aneth et radis peuvent remplacer les lignes et les bordures séparant les cultures. Les récoltes sont parfois surprenantes au vu de l’espace accordé à ces plantes.

En combinant de petites espèces avec des plantes à maturation tardive, les travaux de désherbage sont limités. Le développement de ces cultures associés étouffe les autres espèces non souhaitées.

Quelles cultures postérieures choisir

Celles-ci sont plantées en juillet ou en août immédiatement après la récolte et bêchées en automne. Cependant, elles peuvent se développer au printemps, pour un brassage ultérieur. Cette procédure s’appelle le paillage de sol. Ceci est bénéfique lors de la culture de légumes de la famille des solanacées. Pour que ces plantes se développent entièrement, lors de chaque stade de croissance, un sol avec un pH approprié est nécessaire. C’est pourquoi on s’évertue à améliorer le substrat existant.

1. Eté : Lupins jaunes, phacélies, sarrasin et fèves

Ce sont les cultures les plus utilisées en été. Leur système racinaire important participe à l’enrichissement du sol et à l’amélioration de sa structure. Certaines sont capables de capter l’azote de l’atmosphère. Faucher ou broyer au stade optimal de floraison pour de meilleurs résultats pour le substrat.

2. Hiver: Vicia, colza ou seigle

Ces plantes seront généralement choisis pour l’hiver. Adaptés aux sols pauvres voire argileux et peu exigeants. Limitent la prolifération des mauvaises herbes et résistants face aux conditions de sécheresse.

Utiliser les cultures postérieures comme engrais vert

Les plantes mentionnées précédemment doivent être enfouies dans le sol, avec tiges et feuilles, après une pousse de plusieurs semaines. Cette opération doit être réalisée avant que les graines et les tiges ne durcissent. Un motoculteur vous sera utile pour cette tâche, tandis qu’une bêche et une triandine suffiront pour les petites surfaces. Ces éléments végétaux désintégrés se décomposeront ensuite. Ils génèrent un enrichissement du sol en humus et en minéraux utiles au développement des cultures. Le site de culture profite alors de cet apport tout au long de l’année.

En résumé

Les cultures postérieures sont une aubaine pour le potager! Il ne serait pas envisageable de s’en passer. La nature nous offre la plupart du temps les solutions aux problèmes qui émergent et il convient de profiter de ces solutions naturelles et biologiques.

Mais rappelez-vous de ne pas planter d’espèces de la même famille sur le même site année après année. Une telle action augmente le risque de développement d’agents pathogènes et d’apparition de parasites. Ceux ci peuvent s’installer dans le sol, se propager vers d’autres plantes et entraîner une fatigue du sol à long terme. Par conséquent, restez vigilents quand au choix et à la disposition de ces plantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ta strona wykorzystuje pliki Cookies w celach statystycznych i reklamowych, jak również by dostosować serwis do Państwa indywidualnych potrzeb. Zmiany ustawień dotyczących plików Cookie można dokonać w dowolnej chwili zmieniając ustawienia przeglądarki internetowej. Korzystanie z naszej strony bez zmian w/w ustawień dotyczących plików Cookies oznacza, że będą one zapisane w pamięci urządzenia. Szczegółowe informacje znajdują się w Polityce Prywatności
Zgadzam się