Cultiver des tomates dans une serre de jardin

Cultiver des tomates dans une serre tunnel

Ce sont les plantes les plus communément cultivées sous serre. Les fruits délicats et juteux sont sensibles à toute lésion. C’est pourquoi ils sont produits sous abri, les protégeant ainsi de la grêle et des fortes pluies ou chutes de neige. Les tiges et les racines peuvent être arrachées ou cassées sous l’influence de vents violents. Cultiver des tomates sous serre garantit une production plus constante. La tomate est une plante thermophile. Donc l’utilisation d’un tunnel de jardin pour sa culture influence positivement son développement. Pour une croissance adéquate, un sol et une atmosphère constants et chauds sont requis. Cela fait de la serre tunnel un outil idéal.

Types et variétés de tomates pour la culture dans un tunnel de jardin

En raison de la popularité de cette plante, le marché offre un grand choix de graines et de plants. Pour la cultiver, il est essentiel de considérer nos attentes en termes d’apparence, de goût, de taille et même d’odeur de tomates. La palette de variantes est surprenante, cependant, en termes de culture, les différences sont minimes.
En ce qui concerne la culture maraîchère, les tomates ont différentes tailles. De 20 mm à des variétés beaucoup plus imposantes jusqu’à 20 cm. La même chose est valable pour leurs formes : sphérique, oblongue, semblable en apparence à la courge, à la courgette, aux poivrons et même aux poires. La plupart d’entre elles sont rouges, mais il existe des espèces oranges, jaunes, vertes, violettes et même noires.

Bien sûr, certaines sont plus ou moins adaptées à la culture sous abri, donc avant d’acheter, vous devrez vérifier qu’elles s’adaptent au tunnel. Le meilleur choix sera celui d’une variété avec résistance à la fissuration.

Conditions pour cultiver des tomates

  • Température

La température la plus favorable pour son développement se situe entre 22ºC et 27ºC le jour, et de 16 à 27ºC la nuit. Bien que les tomates poussent et fleurissent beaucoup mieux avec de la chaleur, les températures excessives au-dessus de 30º nuisent à leur croissance.

  • Accès à la lumière

Dès la phase de préparation des semis, vous devez vous assurer de la bonne quantité de lumière reçue. Un accès constant et intense pour la plante signifie que les tiges se développeront correctement. Sinon, si les semis n’en bénéficient pas pleinement, la plante pousse faiblement et se déforme. Les soins deviennent alors difficiles dans ce cas.

  • Humidité et arrosage

C’est un sujet épineux, car l’humidité joue un rôle clé dans la culture de la tomate. De la phase initiale de la croissance à la fructification, de grandes fluctuations de l’humidité peuvent contribuer à la fissuration des fruits. Un taux d’humidité élevé qui dure trop longtemps est un facteur pour de nombreuses maladies. Les plantes craquelées sont également problématiques au stade de la fructification. Dans de telles conditions, il est beaucoup plus difficile de polliniser les fleurs.
Les tomates préfèrent être arrosées moins souvent mais plus abondamment. Un arrosage fréquent en petite quantité à long terme entraîne des dommages racinaires. Rappelez-vous de ne pas mouiller les feuilles ou les fleurs. Plantez-les donc juste avec les racines dans le sol, laissant l’ensemble de la tige à l’air libre.

Sol

Bien que nous insistons sur ce sujet dans presque tous les guides, il est bon de le rappeler à nouveau. Il est important de savoir de quel sol vous disposez afin de planifier les doses d’engrais et tout apport d’une manière précise. Le pH du sol pour les tomates devra être compris entre 5,5 et 6,5. De nombreux jardiniers pratiquent le paillage avec des végétaux ou de l’agro textile pour améliorer l’état du sol. En conséquence, le substrat maintient son humidité plus longtemps, avec un taux optimum entre 70 et 85%.

Préparation des semis

L’étape de préparation des semis dure de 5 à 6 semaines. Ils sont semés sur leur site permanent en avril, plus tôt si vous êtes équipé d’une serre. Les graines sont semées en rangées, recouvertes d’une couche de terre de 0,5 cm, à la mi-mars. Il est très important de disposer d’un sol exempt de pathogènes et de ravageurs.

Les tomates ont besoin d’une température de germination maintenue entre 25ºC et 27ºC, et 20ºC après leur émergence. La nuit, la température optimale sera d’environ 16 ºC. Après 14 jours, une véritable feuille se développe, elles sont alors transplantées dans des conteneurs de telle sorte que la distance entre le cotylédon et le sol soit de 1 cm. 14 jours plus tard, alors que les semis ont formé 3 feuilles, ils sont plantés dans des pots.

Durcissement et plantation

Les semis, ayant acquis 7 à 8 feuilles, sont prêts à être durcis. Le traitement est destiné à rendre la plante moins sensible aux changements et aux mauvaises conditions météorologiques. D’abord, le semis est exposé à l’extérieur pendant 3 heures pour l’aérer. Le même processus est répété pendant un maximum de 4 jours. Il faut se rappeler qu’une température proche de -3ºC détruit les semis.

Soins des tomates

  • Ficelles

Que ce soit pour une production professionnelle ou domestique, les tomates sont soutenues par des ficelles suspendues à la structure. Par conséquent, si nous avons choisi une variété avec de gros fruits, n’oubliez pas de procéder avec précaution dans votre tunnel. Même avec une petite charge, les structures de ces tunnels peuvent se plier ou se casser sous le poids des cultures.

  • Culture associée

La tomate ne devrait pas être associée aux pommes de terre, la maladie qui les endommage peut être transmise à la tomate. Les carottes, les betteraves, le maïs et les pois ne sont pas recommandés non plus, alors que le paprika, les épinards, le chou-rave, les haricots et le concombre peuvent être considérés comme de bons voisins.

  • Pollinisation des fleurs de tomate

Les tomates sont autogames, et pour cela, il est bon de prendre soin de tout ce processus. Le plus simple mais imparfait est d’agiter la plante de telle sorte que le pollen tombe sur d’autres inflorescences. Nous pouvons également utiliser un pinceau. Après avoir recueilli le pollen sur celui ci, nous pouvons le transférer aux fleurs restantes. Mais cela prend du temps. Si vous avez un tunnel avec ventilation latérale, ouvrir les côtés et laisser circuler l’air sera suffisant. Dans les grandes productions, des ruches sont placées dans plusieurs endroits et servent de pollinisateurs. Le dispositif d’insectes n’est pas très cher. Mais pour que les cultures demeurent, il est nécessaire de créer les bonnes conditions.

  • Couper les pousses

Pendant la maturation, l’arbuste libère des pousses qui sont complètement inutiles pour le cultivateur. Elles ne produisent pas de fruits et ne présentent aucun avantage. Afin de soulager la tomate, vous pouvez couper cette pousse. Agissez de manière similaire si vous remarquez des changements dus à la maladie. C’est un bon moyen de ralentir la propagation des agents pathogènes.

Si la pousse inutile est retirée, la plante concentre ses nutriments sur celles que nous voulons développer. Donc elle ne perd pas inutilement d’énergie mais l’utilise de façon optimale. Enlever les bourgeons et les fleurs stériles accélère la fructification et augmente les chances de produire de gros fruits pleins.

Laissez de 3 à 7 bourgeons de fruits que les fleurs ont générés. Dans le cas des variétés à petits fruits, vous pouvez doubler ce nombre. D’autres peuvent être supprimés manuellement lorsqu’ils sont encore petits ou à l’aide d’outils. Dans ce dernier cas, lorsque le travail est terminé, vous devez stériliser le sécateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *